Saint-Sulpice-La-Pointe, du grain à moudre !

Saint-Sulpice-La-Pointe, du grain à moudre !

Problème de communication entre le département et la commune...

A l’occasion de la « finalisation des travaux du mini-giratoire à l’intersection de l’avenue des Terres Noires et de l’impasse de Roquesérière » un communiqué de presse des « Portes du Tarn », relayé sur le site internet de la mairie[1], nous apprend que « les poids lourds souhaitant accéder à l’avenue des Terres Noires devront (…) passer exceptionnellement par le centre-ville de Saint Sulpice la Pointe pendant la durée des travaux ».

 

Apparemment ça ne communique pas très bien entre le Département, qui gère la route départementale qu’est la déviation, Thémélia aux travaux et la commune, qui gère les routes communales que sont l’avenue des Terres Noires et l’impasse de Roquesérière… La preuve : les premiers croient que les poids lourds à destination des Terres Noires vont « passer exceptionnellement par le centre-ville de Saint Sulpice la Pointe pendant la durée des travaux », alors que l’équipe de Mme Rondi leur a toujours formellement interdit d’y accéder par la nouvelle voie communale qui relie la déviation à l’avenue des Terres Noires... Nous ne doutons pas qu’à l’approche des élections notre bonne maire finira par céder à la pression du bon sens commun.

 

Précisons par ailleurs que les pouvoirs de police en matière de circulation à l’intérieur d’une agglomération appartiennent à la commune, représentée par Mme Rondi, ce qui signifie qu’entre les panneaux d’entrée d’agglomération c’est elle qui décide des vitesses qui s’appliquent.  Cela explique sans doute pourquoi la nouvelle déviation est limitée à 50 km/h en pleine ligne droite alors que l’on peut rouler à 70 km/h sur le tracé sinueux de la route d’Azas par exemple (en agglomération bien entendu) ?!

 

 


07/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres