Saint-Sulpice-La-Pointe, du grain à moudre !

Saint-Sulpice-La-Pointe, du grain à moudre !

A l'attention de nos (encore) élus et de nos futurs élus, "Bien-être au travail : des agents territoriaux en manque de reconnaissance".

"La satisfaction à rendre service, longtemps motif de satisfaction, et de motivation, pour les fonctionnaires, tend à s’essouffler. En 2017, ils manifestent un désir de reconnaissance plus terre à terre, en monnaie sonnante et trébuchante, et plus impérieux.

 

La reconnaissance est sans doute le besoin le plus partagé dans le secteur privé comme dans le secteur public, des postes d’exécution jusqu’au sommet de la hiérarchie. Il est pourtant très mal satisfait. Le baromètre 2017 du bien-être au travail confirme cette tendance. Le critère de la rémunération, la technique la plus basique de reconnaissance, apparaît cette année au premier plan, désormais citée comme le principal élément d’épanouissement professionnel, particulièrement pour les agents de catégorie C.

 

« Cette irruption de la question de la rémunération dans le baromètre cette année est peut-être liée au gel du point d’indice et aux incertitudes concernant la compensation de la hausse de la CSG au moment de la passation du questionnaire », avance Pascale Fréry. (...)

"Défaut de reconnaissance interne

Plus grave peut-être, la reconnaissance par la hiérarchie satisfait seulement 41 % des agents territoriaux – les cadres de catégorie A et B affichant même un recul de 4 points par rapport à l’année dernière – et la reconnaissance de la part des élus n’est revendiquée que par 25 % des personnes interrogées. Un constat qui devrait appeler les collectivités territoriales à changer leurs pratiques.

 

« À Grenoble, nous avons été interpellés sur ce sujet par les organisations syndicales, ce qui nous a conduit à mettre en place un groupe de travail sur la reconnaissance. Il a par exemple été décidé de laisser une trace du passage des agents dans l’institution lors de leur départ en retraite, de formaliser l’accueil des collaborateurs à leur retour d’arrêt maladie ou encore de rappeler qu’il est important de dire bonjour le matin à ses équipes », commente Pascale Fréry.

 

Seul source d’encouragement : la reconnaissance par les pairs est, elle, en progression de 10 points en un an, revendiquée par 69 % des agents interrogés (+4 points pour les catégories A et +8 points pour les catégories B)..."

 

 

http://www.lagazettedescommunes.com/533077/bien-etre-au-travail-des-agents-territoriaux-en-manque-de-reconnaissance/

 

 

 

Dgam

 

 

Relire :

Mme Rondi, c’est quoi être de gauche ? Gestion du personnel.

Mme Blanc : elle comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps...

Management destructif : les élus majoritaires saint-sulpiciens aux manettes.

 



03/11/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres